TDA(H), des enfants « hyperactifs » ?

Le trouble du déficit de l’attention (TDA) concerne 3 à 5 % des enfants. Les enfants atteints de TDA sont souvent désignés comme des enfants « hyperactifs » ; pourtant, le TDA n’est pas systématiquement accompagné d’hyperactivité. Lorsque c’est le cas, on parle de trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH). Comment le détecter et comment accompagner votre enfant atteint de TDA(H), c’est le sujet de l’article d’aujourd’hui ! 😊

 

🙇 Le trouble du déficit de l’attention, qu’est-ce que c’est ?

Le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité est un trouble neuro-développemental. Les causes de ce trouble ne sont pas encore identifiées clairement, mais l’hérédité ou encore un dysfonctionnement cérébral semblent en faire partie.  

Généralement, le TDA(H) est observé à l’enfance ou à l’adolescence. Mais de nombreuses personnes s’aperçoivent en être atteintes qu’une fois adultes. Et, chez certains, le trouble ne sera jamais diagnostiqué alors même qu’ils sont touchés.

C’est un trouble qui agit principalement sur le comportement et l’aspect cognitif de l’individu.

😉 Les symptômes associés à ce trouble

Un TDA(H) est parfois complexe à repérer. En effet, il ne sera visible dans aucune analyse neurologique ou biologique. Ce n’est pas quelque chose qu’on observe comme un virus ou une bactérie.

Souvent, quand on connaît mal ce trouble, on pense que le seul symptôme est une agitation importante de l’enfant. Mais, attention, chaque enfant atteint d’un TDA(H) se comporte différemment : certains sont très agités, quand, chez d’autres, le trouble se manifeste autrement.  

Il y a trois symptômes à prendre en compte : 

– le déficit de l’attention ;
– l’hyperactivité motrice ;
– l’impulsivité.

Ces trois symptômes ne se manifestent pas toujours avec la même intensité. Parfois, deux symptômes prédominent et le troisième n’est que peu visible. D’où la présence ou non d’hyperactivité. On peut donc définir de nombreux types de TDA(H). 

Comment repérer un TDA(H)?

Plusieurs signes témoignent des symptômes évoqués plus haut. En général, ces signes sont plus visibles en cours : le rôle du professeur est donc important. C’est à lui de vous informer s’il pense que votre enfant peut être atteint d’un TDA(H). 

L’enfant aura effectivement du mal à se concentrer pendant un long moment, il ne saura pas faire plusieurs tâches en même temps, ou encore il ne tiendra pas en place sur sa chaise. Bien entendu, comme évoqué plus haut, chacun agit différemment et il faut donc être attentif à tous les signes qui se rapportent à l’impulsivité, l’attention ou l’hyperactivité. Cela peut avoir un impact sur la mémoire, le langage, la coordination, et l’apprentissage d’une manière générale.

Attention, l’inattention, l’hyperactivité ou l’agitation peuvent faire partie du comportement d’un enfant sans pour autant relever d’un TDA(H). Mais, si ces comportements deviennent vraiment réguliers cela peut handicaper votre enfant.

Alors, si votre enfant commence souvent des phrases sans les terminer, qu’il paraît toujours speed ou qu’il a des difficultés d’apprentissage liées à sa concentration, surveillez l’évolution de ces signes. S’ils persistent, il faudra donc envisager d’aller consulter un professionnel pour établir un diagnostic. 👀

🙈 Les solutions pour accompagner l’enfant ?

Les solutions mises en place pour accompagner un enfant atteint d’un TDA(H) doivent être adaptées à chacun. La prise en charge se fait avec des professionnels, mais vous avez également un rôle à jouer en tant que parents ! 😎 Le ou les professeurs de votre enfant peuvent également apporter leur aide. 

Les professionnels

Tout d’abord, ce sont les professionnels qui vont diagnostiquer le trouble. Un médecin généraliste peut être un premier contact. S’il le juge nécessaire, il vous enverra vers un expert du TDA(H), un neurologue ou un neuropsychologue qui pourra apporter une aide plus spécialisée à votre enfant. 

Pour le diagnostic, les professionnels observent les différents comportements de l’enfant dans différentes situations. De nombreux tests et discussions permettront alors de définir si votre enfant est atteint ou non par le trouble. Il est possible qu’il y ait également des troubles associés (troubles dys par exemple). L’accompagnement de votre enfant par un médecin spécialisé sera alors préconisé ou non.

En ce qui concerne le traitement des troubles, la prise en charge est pluridisciplinaire et sollicite plusieurs professionnels spécialisés. Des médicaments existent également pour calmer les troubles de l’enfant, mais leur prescription n’est pas systématique ! 

Les parents

La cadre familial peut jouer un grand rôle dans l’accompagnement de l’enfant atteint du trouble. En tant que parent, maintenant que vous êtes au courant, il faut adapter votre façon de communiquer. Le médecin peut vous donner des conseils pour formuler vos demandes différemment, adapter les règles du quotidien, afin qu’elles soient mieux comprises et plus facilement acceptées par votre enfant. 

Par exemple, lorsque vous demandez quelque chose à votre enfant, allez-y pas à pas, une information à la fois. La mise en place de règles peut permettre de créer des routines qui offrent des repères à votre enfant ! 😉

Comme pour tous les enfants, il est également conseillé d’éviter les périodes de travail trop longues. Lors des devoirs par exemple, préférez des exercices courts ou des formats comme des petites vidéos explicatives, qui permettent à votre enfant de faire des pauses régulièrement et d’utiliser son temps de concentration limité efficacement. SchoolMouv peut donc l’aider ! 😁

Avec le temps, votre enfant saura de lui-même ce qui lui convient ou ce qui l’empêche de travailler efficacement. Une fois qu’il aura trouvé, avec votre aide, la méthode de travail qui lui correspond le mieux, il reprendra confiance en lui et avancera plus facilement dans sa scolarité et dans sa vie ! 😊

Les professeurs

Concernant les professeurs, ils ont d’abord un rôle à jouer en observant les comportements de chacun de leurs élèves, afin de voir si l’un d’eux est possiblement un comportement TDA(H). 

Une fois le trouble détecté, le professeur peut alors adapter sa façon d’enseigner en faisant des aménagements pédagogiques : des exercices qui correspondent mieux à l’enfant et des temps de pauses spécifiques, par exemple. C’est pour cela qu’il est important d’informer le ou les professeurs si votre enfant est atteint de ce trouble de l’attention. Les difficultés d’apprentissage pourront alors être limitées ! 

Plusieurs aides spécialisées existent et peuvent être mises en place au sein de l’établissement de votre enfant. On trouve par exemple le programme personnalisé de réussite éducative (PPRE), le plan d’accompagnement personnalisé (PAP) ou encore le projet personnalisé de scolarisation (PPS). N’hésitez pas à en parler avec les professeurs de votre enfant afin de voir quel programme peut être envisagé et lequel correspond le mieux aux besoins de votre enfant. 

Le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité concerne donc de nombreux enfants. Si ce trouble peut venir le déstabiliser dans sa scolarité et dans sa vie en général, beaucoup de solutions existent pour l’aider à mieux vivre ce trouble de l’attention et trouver la meilleure façon pour lui de s’épanouir.

Découvrez l’espace de travail que nous avons créé pour votre enfant.

Consultez ses cours et la variété des ressources mis à sa disposition !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *